Isolation des combles : Protégez votre maison de l’humidité

L’humidité est l’ennemi commun des propriétaires. Elle a de vastes répercussions, allant des dommages structuraux à la maison aux conséquences sur la santé.

Un taux d’humidité élevé endommage les fondations de votre maison. Il s’accumule sur diverses surfaces et provoque l’écaillage de la peinture, la pourriture des structures en bois et le court-circuit des fils électriques. Les insectes nuisibles comme les blattes, les termites et d’autres insectes sont également connus pour prospérer dans les endroits humides de la maison. Les taches sèches et humides favorisent également la croissance de moisissures et causent des problèmes de santé, comme l’irritation de la gorge, la congestion nasale, la toux et même l’irritation cutanée.

En plus de compromettre votre santé et l’intégrité structurale de votre maison, des niveaux élevés d’humidité intérieure peuvent aussi faire grimper vos factures d’énergie. Trop d’humidité, c’est-à-dire la teneur en humidité de l’air, est lourde et inconfortable pour la peau. Cela vous oblige à augmenter l’utilisation de votre système de refroidissement, ce qui pourrait augmenter vos factures de services publics.

Votre principale défense contre l’humidité élevée est l’isolation. Mais d’abord, vous devez savoir comment l’humidité pénètre ou s’accumule à l’intérieur de votre maison, afin de savoir comment et où renforcer votre isolant.

Comment l’humidité pénètre-t-elle dans votre maison ?

L’humidité n’est pas toujours aussi évidente que les gouttelettes d’eau qui se forment sur les surfaces. Il se déplace à l’intérieur, à l’intérieur et à l’extérieur de votre maison de trois façons : le mouvement de l’air, le transfert de chaleur ou la diffusion par les matériaux. Parmi ces trois méthodes, le mouvement de l’air est le principal responsable de l’humidité.

Les courants d’air transportent 98 % de l’eau contenue dans votre maison, selon le ministère de l’Énergie des États-Unis (DoE). L’air se déplace facilement à travers les fissures ou les espaces dans les murs, les planchers ou les plafonds. En plus de transporter l’humidité, les courants d’air qui traversent votre maison dégagent également de l’air chaud ou frais, ce qui réduit l’efficacité de votre système CVC.

La stratégie de contrôle de l’humidité la plus efficace dans cette situation consiste à sceller toutes les voies non intentionnelles de circulation d’air dans votre maison.

Mais même si vous bloquez toutes les voies de circulation d’air indésirables, l’humidité s’accumule naturellement dans votre maison. Diverses activités, comme la vaisselle, la lessive et le séchage du linge, la cuisine et le bain, augmentent la teneur en eau de l’air. Certains appareils de chauffage comme les brûleurs au kérosène et les appareils de chauffage au gaz naturel sans évent augmentent également l’humidité.

C’est là qu’intervient l’isolation. Une maison bien isolée régule le niveau d’humidité à l’intérieur et empêche l’humidité de s’infiltrer dans les différentes surfaces.

De nombreux propriétaires connaissent la valeur de l’isolation des murs, surtout à des fins d’efficacité énergétique. Mais beaucoup ignorent encore l’importance de l’isolation des combles.

Isolation du grenier : Couverture, en vrac ou en mousse en aérosol

En général, l’air humide est moins dense que l’air sec parce que les molécules d’eau le rendent plus léger. L’air humide s’élève ainsi naturellement. Les combles non isolés peut laisser passer l’humidité à travers les fissures de la surface ou par diffusion. Lorsque l’humidité s’infiltre dans les combles, elle peut endommager les solives de plafond et d’autres structures vitales en bois.

L’air chaud peut aussi s’échapper de la maison par les combles, puisqu’il monte naturellement. Dans ce cas, l’air froid remplira l’espace, forçant votre appareil à travailler deux fois plus fort pour réchauffer la pièce.

De plus, l’humidité se condense en gouttelettes d’eau lorsque l’air humide entre en contact avec des surfaces froides. C’est un énorme problème pour les greniers non isolés, surtout en hiver. Lorsque la neige tombe sur le toit, elle refroidit également le plafond. De plus, lorsque l’air humide s’élève des pièces basses vers les combles, il peut former de la condensation lorsqu’il atteint le plafond.

Choisissez parmi l’isolant en matelas, l’isolant en vrac ou l’isolant en mousse pulvérisée pour votre entretoit. Les matelas isolants se présentent sous forme de matelas ou de rouleaux et se prêtent donc bien aux solutions de bricolage. Ce type est idéal pour les greniers avec des solives et des poutres uniformément espacées et très peu d’obstructions. Assurez-vous que les matelas du matériau isolant sont bien ajustés aux évents pour une efficacité maximale.

L’isolation en vrac, par contre, est plus idéale pour les greniers où l’espace est limité. Le matériau isolant en vrac remplit facilement les petites surfaces avec de multiples obstructions. Le matériau doit être duveteux, mais avec le temps, il perd de son volume et de son efficacité. Vous devrez peut-être en ajouter d’autres si votre isolant a l’air plat ou s’il ne s’élève pas au-dessus des solives du plancher.

Les isolants en mousse pulvérisée offrent la valeur R la plus élevée, qui se réfère à la résistance du matériau au transfert de chaleur. Les cellules de mousse fermées contiennent un gaz qui leur permet de se dilater et de remplir même les espaces les plus infimes. Cette isolation vous offre une barrière solide et protectrice contre l’humidité et la circulation de l’air. Contrairement à l’isolation par matelas, la mousse pulvérisée n’est pas un projet de bricolage parce qu’elle nécessite des outils spéciaux et du matériel de sécurité. Un entrepreneur expérimenté en pulvérisation de mousse s’assurera que la mousse est appliquée et durcie correctement pour éviter qu’elle ne se fendille ou ne se brise et n’émet une odeur nauséabonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *